Une personne de trop

Lot est allé vers une plaine verdoyante et il a tout perdu. Abraham est resté à Canaan et il a prospéré. L’herbe n’est pas toujours plus verte chez les autres. Quelque soit l’endroit où nous vivons, ou notre condition sociale,  si nous restons fidèles à Dieu il nous fera prospérer.

Genèse 13 : 5-9 Lot, qui voyageait avec Abram, avait aussi des brebis, des bœufs et des tentes. Et la contrée était insuffisante pour qu’ils demeurassent ensemble, car leurs biens étaient si considérables qu’ils ne pouvaient demeurer ensemble. Il y eut querelle entre les bergers des troupeaux d’Abram et les bergers des troupeaux de Lot. Les Cananéens et les Phérésiens habitaient alors dans le pays. Abram dit à Lot: Qu’il n’y ait point, je te prie, de dispute entre moi et toi, ni entre mes bergers et tes bergers; car nous sommes frères. Tout le pays n’est-il pas devant toi? Sépare-toi donc de moi: si tu vas à gauche, j’irai à droite; si tu vas à droite, j’irai à gauche.

Lot est le neveu d’Abraham. Lorsqu’il a quitté Charan pour se rendre vers le pays que l’Eternel lui montrerait, il décide de l’emmener avec lui. Cette décision va à l’encontre de l’instruction : Va-t’en de ton pays, de ta patrie, et de la maison de ton père, dans le pays que je te montrerai  Genèse 12 :1. En effet, Dieu demandait une séparation totale entre Abraham et sa famille, chose qu’il a ignorée en permettant à son neveu de faire partie du voyage. Quelques temps après le début de leur excursion, une dispute va éclater entre les deux hommes – en réalité entre leurs bergers respectifs – ce qui va entrainer leur séparation. Quelles sont les implications de cette séparation ?  Quel enseignement peut-on en tirer ?

Les querelles familiales sont souvent difficiles à gérer, surtout à cause de l’aspect émotionnel qu’elles revêtent. Pourtant, aucune famille n’en est épargnée. Nous rencontrons dans l’église certains fidèles qui se plaignent de leur famille et pensent qu’ils ont la pire famille qui soit, qu’ils sont les seuls à vivre le type de disputes et de dissension qu’ils connaissent. Pourtant, avec le regard transversal que nous pouvons avoir dans nos assemblées, je peux affirmer que la grande majorité des familles font fasse à des querelles, quelque soit leur milieu social ou leur localisation sur la planète. Comme Abraham, il existe des moments dans la vie où Dieu créera des circonstances pour permettre une séparation entre nous et d’autres personnes. Ces dernières pourront être de notre famille, parmi nos amis, ou notre entourage plus large. Je crois en effet que la querelle qui a éclaté entre les bergers d’Abraham et ceux de Lot est d’origine divine. Il fallait qu’ils se séparent pour qu’Abraham puisse rentrer dans sa destiné. De même, il peut y avoir des personnes dans notre entourage qui sont des obstacles à l’accomplissement de certaines promesses de Dieu pour nous. Dans ces circonstances, le Seigneur peut permettre une dispute, une querelle, une incompréhension, simplement pour que nous nous éloignons de ces personnes. J’aimerais ajouter ici que si Dieu permet cela, ce n’est pas parce que nous sommes meilleurs, que nous sommes plus saints ou que nous sommes plus proche de Dieu, mais simplement parce que le temps que Dieu avait prévu pour que nous cheminions ensemble est arrivé a terme. Ce type de séparation n’est pas un moyen que Dieu utilise pour séparer les bons des mauvais, de stigmatiser des personnes de notre entourage. Il s’agit plutôt de nous permettre des rentrer dans un nouveau cycle. D’ailleurs, dans l’exemple d’Abraham, je crois que l’une des raisons pour lesquelles il y a eu séparation d’avec Lot, c’est parce que Abraham devait payé sa dîme. Nous n’ignorons pas que si Lot n’était pas aller à Sodome et Gomorrhe, Abraham n’aurait peut être pas rencontrer Melchizedek, ni donner sa dîme. Cela va donc au-delà du jugement que nous pouvons avoir sur la personne de Lot et sur sa moralité,  mais sur un sujet beaucoup plus vaste. Il fallait qu’il y ait séparation pour des raisons  supérieures à la seule relation oncle-neveu qui existait entre les deux hommes.

Un autre élément important à prendre en compte dans cette séparation, c’est l’endroit vers lequel s’est dirigé Lot. La Bible nous qu’il est allé vers la plaine du Jourdain, qui était entièrement arrosée Genèse 13:9. Il est allé vers une plaine qui paraissait à ses yeux une promesse de prospérité. En regardant cette plaine, Lot s’est certainement dit qu’il réussirait dans la vie, que sa famille y serait heureuse et que ses enfants s’y plairaient. Il n’aurait pu s’imaginer que sa femme y mourrait et qu’il serait veuf. Il n’aurait pu s’imaginer que Dieu lui même détruirait cette plaine verdoyante. Il n’aurait pu s’imaginer que ses filles y seraient en danger et qu’elles auraient été perverties au point de rentrer dans une relation incestueuse avec leur père. A l’inverse, Abraham restera dans la pays de Canaan. Une terre rocailleuse et sèche, loin de la verdure de la plaine du Jourdain. Pourtant, c’est sur cette terre, la terre de la promesse, qu’il va prospérer. C’est sur cette terre qu’il verra les promesses de Dieu s’accomplir. C’est cette terre dont on dira que le lait et le miel y coulent. C’est cette terre qui est toujours en dispute jusqu’à ce jour, et la source de multiples conflits armées. Certainement parce que, au-delà de l’aspect physique qu’elle peut avoir, les grands esprits savent que la promesse divine est attaché à ce lieu. Il y a beaucoup de chrétiens qui cherchent à immigrer, étant à la recherche de meilleurs lendemain. Je ne parle pas ici de personnes persécutées pour leur foi, ou de personnes qui fuient la guerre, mais simplement d’individus qui cherchent un endroit où mieux vivre. Sachez que chaque promesse divine est liée à un lieu. L’accomplissement de notre destiné est liée à un ou plusieurs lieux. Ne savez vous pas que peut être, l’endroit, le pays, la ville dans laquelle vous vous trouvez actuellement est l’endroit de votre promesse? Ce lieu peut paraître insignifiant, comme Canaan il y a quelques milliers d’années. Mais c’est peut être l’endroit où vous vous épanouirez. Ou peut être devrais-je le formuler différemment: si Dieu vous à fait une promesse, peut importe si l’endroit où vous vous trouver semble insignifiant, car cette promesse s’accomplira certainement.

Enfin, je souhaite conclure en disant que les séparations sont parfois douloureuses, mais parfois nécessaires, et souvent temporaires. Lot est allé vers une plaine verdoyante et il a tout perdu. Abraham est resté à Canaan et il a prospéré. L’herbe n’est pas toujours plus verte chez les autres. Quelque soit l’endroit où nous vivons, ou notre condition sociale,  si nous restons fidèles à Dieu il nous fera prospérer.

Shalom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question Sécurité *